News

  • Fundeser becomes financiera

  • 29.10.2014
  • The Foundation for Rural Economic Development Partner (Fundeser), originally a Nicaraguan NGO providing credit and technical assistance to small holders, has launched its operations as a fully-fledged financial institution, a financiera. The transformation into a financiera, regulated by the Nicaraguan Superintendence for Banks and other Financial Institutions, is paramount to allowing Fundeser to achieve greater scale and offer a wider range of services to rural populations. The transformation will allow to work in a secure environment and systematise all procedures and manuals that were not adequately developed before. The recent recognition as a financiera is the result of successful collaboration and efforts of Fundeser’s staff and management with several development finance institutes and investors, such as BIO, the Dutch Entrepreneurial Development Bank (FMO) , the Belgian Microfinance Fund Advisor, Incofin Investment Management (IM), as well as the Inter-American Development Bank and the International Finance Corporation. BIO has been involved in providing technical assistance grants to support the transformation process: - one technical assistance project financed by BIO, FMO and Fundeser and managed by Incofin IM, was aimed at accompanying Fundeser’s staff throughout the transformation process into a regulated entity, generating the relevant capacity to support the change in the short and medium term. - a second technical assistance project co-financed by BIO focused on 3 areas: to provide Fundeser with transformation advice; implement an activity-based costing model; and implement an integrated branch management system.  

  • Lire la suite
  • Bonne gouvernance et investissement dans les PME, des atouts pour le développement

  • 24.10.2014
  • Preview

    La Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO) et le Fonds Gouvernance d'Entreprise en RDC, géré par la Fondation Roi Baudouin, ont organisé ce jeudi 23 octobre à Bruxelles un premier séminaire sur « les défis et opportunités rencontrés par les Petites et Moyennes Entreprises dans les pays en développement », avec un discours d’ouverture du Vice-Premier ministre et Ministre de la Coopération au Développement Alexander De Croo. A cette occasion, le lauréat 2014 du Prix de la Gouvernance d’Entreprise en RDC, Philémon Kivuvu Musul, a témoigné de son expérience et défendu sa vision de l’entrepreneuriat. Il est intervenu parmi les experts qui ont mis en avant le rôle que doivent jouer les PME dans le développement. Ce séminaire a ainsi présenté une illustration concrète de ce que peut être un projet de bonne gouvernance dans le secteur privé, avec cet exemple venu de RD Congo. Dans son intervention, le ministre Alexander De Croo a dit toute son admiration pour des entrepreneurs comme M. Kivuvu, qui relèvent d’énormes défis dans des pays comme la RDC. « Dans des Etats qui fonctionnent mal, il n’est pas évident d’entreprendre ». Alexander De Croo voit dans BIO un instrument essentiel dans la politique de coopération au développement. Pour lui, se concentrer sur les PME est la bonne stratégie. Philémon Kivuvu Musul dirige une entreprise du secteur des carrières, créée en 2006 et spécialisée dans l’exploitation et la transformation du calcaire issu du Bas-Congo. La sprl Calmaco basée à Kinshasa a connu une expansion remarquable et occupe aujourd’hui 70 personnes. Mais surtout, elle est gérée de manière socialement responsable, dans le respect des principes de bonne gouvernance. Des principes parfois tout simples, comme de payer tout le monde à temps. Philémon Kivuvu : “Cela peut sembler aller de soi, mais c’est loin d’être toujours le cas ici. Il faut se mettre à la place d’une famille qui ne sait pas quand l’argent va enfin arriver.” De manière plus générale, Calmaco opte pour une croissance raisonnée et une politique de réinvestissement des bénéfices. Philémon Kivuvu veille également à ce que son entreprise soit bien implantée dans la communauté locale et ses salariés bénéficient d’avantages sociaux. Mais le principe qui lui tient le plus à cœur est sans doute celui de la transparence : “Nous travaillons à livres ouverts et n’importe qui peut retracer tous nos flux financiers. Les bénéfices, les acquisitions, les amortissements… Calmaco n’a rien à cacher !” Car, avant de créer son entreprise, Philémon Kivuvu a été témoin de pratiques qui l’ont révolté: opérations financières douteuses, manque de clarté et de transparence dans la comptabilité, dessous de table… “Ce sont de mauvaises habitudes qui s’insinuent comme une maladie dans l’économie, au point qu’on finit presque par les trouver normales. » Philémon Kivuvu avait incontestablement le profil d’un lauréat du Prix de la Gouvernance d’Entreprise en RDC. Ce Prix, doté de 25.000 euros, a été initié en 2010 par des Belges issus du monde de l’entreprise à l’occasion du cinquantième anniversaire du Congo. Ils ont dans ce but créé le Fonds Gouvernance d’Entreprise en RDC au sein de la Fondation Roi Baudouin. Ce Fonds vise à favoriser le développement de l’esprit d’entreprise en RDC selon les principes de bonne gouvernance et de responsabilité sociétale. Par conséquent, promouvoir l’entreprenariat des PME s’inscrit parfaitement dans les objectifs du Prix. Tous les deux ans, le Prix met en évidence le parcours exemplaire d’une personnalité congolaise afin de mieux faire connaître ces bonnes pratiques entrepreneuriales et d’en inspirer d’autres. Le Prix 2014 a été remis à M. Kivuvu Musul en juin dernier à Kinshasa. En 2014, la Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO) est devenue un partenaire stratégique du Fonds, auquel elle accorde un soutien financier.

  • Lire la suite
  • Evaluation sur le terrain des investissements BIO confirme pertinence, additionalité et durabilité

  • 13.10.2014
  • Bruxelles, le 9 octobre 2014 – Le Service de l’Evaluateur Spécial, institué au sein du SPF Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement, a publié la deuxième partie du rapport d’Evaluation consacré à BIO. BIO se réjouit du rapport constructif des évaluateurs externes qui confirme non seulement les conclusions positives de la première phase réalisée en 2013, mais démontre également l’impact concret que BIO a sur le terrain en reconnaissant son rôle spécifique au sein de la Coopération au développement. Pour arriver à cette conclusion, les évaluateurs ont visité 70 clients dans 9 pays et ont étudié en détail les projets d’investissements de BIO. Le rapport confirme la pertinence de 65 projets sur les 70 visités. Certains investissements ont de plus un impact positif au niveau macro-économique et constituent un réel incitant pour le développement des zones économiques concernées. L’additionalité des interventions est également attestée; selon l’évaluation, les projets n’auraient pu se réaliser sans l’appui de BIO, et ceci tant pour les investissements à travers des fonds d’investissement que pour les projets d’infrastructure et les investissements directs dans les entreprises petites et moyennes (PMEs).

  • Lire la suite
  • Evaluation de BIO

  • 13.10.2014
  • Preview

    L’évaluation sur le terrain des investissements de BIO confirme leur pertinence sur le développement, leur additionalité et leur durabilité

    Le Service de l’Evaluateur Spécial, institué au sein du SPF Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement, a publié la deuxième partie du rapport d’Evaluation consacré à BIO. BIO se réjouit du rapport constructif des évaluateurs externes qui confirme non seulement les conclusions positives de la première phase réalisée en 2013, mais démontre également l’impact concret que BIO a sur le terrain en reconnaissant son rôle spécifique au sein de la Coopération au développement. Pour arriver à cette conclusion, les évaluateurs ont visité 70 clients dans 9 pays et ont étudié en détail les projets d’investissements de BIO. Le rapport confirme la pertinence de 65 projets sur les 70 visités. Certains investissements ont de plus un impact positif au niveau macro-économique et constituent un réel incitant pour le développement des zones économiques concernées. L’additionalité des interventions est également attestée; selon l’évaluation, les projets n’auraient pu se réaliser sans l’appui de BIO, et ceci tant pour les investissements à travers des fonds d’investissement que pour les projets d’infrastructure et les investissements directs dans les entreprises petites et moyennes (PMEs).

  • Lire la suite
  • Le nouveau fonds FPM SA offre un financement sur mesure aux PMEs en RDC

  • 26.09.2014
  • Kinshasa, le 26 septembre 2014 – La première Assemblée Générale et le premier Conseil d’Administration de FPM S.A. (Fonds pour l’inclusion financière en République Démocratique du Congo) se sont tenus ce jour à Kinshasa, en République Démocratique du Congo (RDC). FPM SA (FPM), un nouveau fonds pour l’inclusion financière, soutiendra les institutions financières ciblant les petites et moyennes entreprises en RDC. Ce nouvel instrument financier complètera “FPM ASBL” qui est active en RDC depuis 2007 et se concentre sur l’offre d’Assistance Technique (TA) aux institutions financières congolaises. Plus d’une cinquantaine de projets de TA ont été réalisés jusqu’à ce jour. FPM bénéficiera de la participation en capital de KfW, la banque de développement allemande, à concurrence de 13 Mios. USD, de BIO - Société Belge d’Investissement pour les Pays en Développement- à concurrence de 8 Mios. USD, de Cordaid - Dutch Catholic Organisation for Relief and Development Aid – à concurrence de 4 Mios. USD et du fonds belge de microfinance Incofin CVSO pour 100k USD. L’objectif du fonds est d’offrir sur les 5 prochaines années jusqu’à 60 millions de US$ en lignes de crédit à moyen terme aux institutions financières congolaises. Ces lignes de crédit seront utilisées par les institutions financières pour financer les micro, petites et moyennes entreprises en RDC. Incofin Investment Management, investisseur belge spécialisé en microfinance rurale agira en tant que conseiller du fonds pour FPM SA, apportant son expérience spécifique et sa connaissance du marché des services financiers pour les micro, petites et moyennes entreprises en RDC. Améliorer l’accès au financement pour les micro, petites et moyennes entreprises La plupart des micro, petites et moyennes entreprises congolaises (MPMEs) n’ont pas accès aux services financiers, les institutions financières accordant une priorité aux plus gros clients . En conséquence, la plupart de MPMEs se développent lentement, restent dans le secteur informel et sont très sensibles aux changements de l’économie et du marché. FPM vise à soutenir le développement des institutions financières avec un mandat et une stratégie clairs envers les petites et moyennes entreprises. Ainsi, FPM ciblera des institutions financières pérennes, de bonne gouvernance, y inclus les institutions de microfinance, les organisations coopératives d’épargne et les banques commerciales ciblant les MPMEs. En soutenant le développement d’un système financier inclusif en RDC, FPM jouera un rôle majeur dans la réduction de la pauvreté, la création d’emploi et le développement économique durable.

  • Lire la suite
  • Séminaire: Défis et opportunités des Petites et Moyennes Entreprises dans les pays en développement

  • 10.09.2014
  • BIO et le Fonds Gouvernance d'Entreprise en RDC, géré par la Fondation Roi Baudouin, organisent un séminaire sur les défis et opportunités rencontrés par les PMEs le jeudi 23 octobre 2014 à Bruxelles. Les PMEs jouent un rôle crucial pour la croissance économique et la création d’emplois. Cependant, les entrepreneurs de PMEs rencontrent dans les pays en développement des obstacles importants au démarrage et à la croissance de leurs activités. Ce séminaire s’intéresse aux contraintes de développement des PMEs et au rôle que peuvent jouer une Institution de Finance du Développement comme BIO et les investisseurs privés dans le soutien aux Petites et Moyennes Entreprises. Depuis 2010, le Fond Corporate Governance en RDC, géré par la Fondation Roi Baudoin, et avec le soutien financier de BIO depuis 2014, attribute tous les deux ans un Prix ‘Corporate Governance’ à un entrepreneur en République Démocratique du Congo (RDC). Ce prix est destiné à promouvoir l’entrepreneuriat des PMEs et les principes de Corporate Governance’ en RDC. Cette année, le prix a été décerné à Monsieur Philémon Kivuvu Musul, CEO de Calmaco Sprl, et remis à Kinshasa en juin 2014. Lors du séminaire organisé à Bruxelles, Monsieur Philémon Kivuvu Musul rejoindra un panel d’experts pour discuter des défis et opportunités rencontrées par les PME’s dans les pays en développement. Plus d’information sur le programme on sme-development.be

  • BIO subsidises a combined heat and power plant feasibility study in Nicaragua

  • 22.05.2014
  • In March 2014, BIO signed a feasibility study agreement with Exportadora Atlantic in Nicaragua. This coffee producing, processing and trading company works directly with local coffee producers and roasters, supporting them with advice, training and group ex-changes of experience and know-how in order to achieve the highest quality standards. The company also assists producers in getting the Rainforest Alliance certification for sustainable agriculture. Exportadora Atlantic is currently evaluating the installation of a combined heat and power plant using agricultural waste (coffee husks) of their plant in Sébaco. This projects scores particularly high on development impacts, as it will contribute to Nicaragua’s energy independence, reduce carbon emissions, create employment and increase the value chain. In the mid-term, the model could be copied on other plants. BIO finances 50% of the cost of the feasibility study that is carried out by a local consulting company, specialised in clean energy production and solutions in Central America. Read more on Exportadora Atlantic.

  • Lire la suite