A social and local enterprise - French article

| Print |
06.06.2017
Preview

Laiterie du Berger

Pourquoi importer du lait en poudre de l’étranger alors que du lait frais est produit dans le pays ? C’est ce constat qui a poussé Bagoré Bathily à lancer La Laiterie du Berger, entreprise de laiterie sénégalaise. Grâce à son dynamisme et au soutien d’investisseurs, la société se développe de jour en jour. Les explications du fondateur.

Une mission sociale forte

« La Laiterie du Berger est une entreprise sénégalaise qui répond au modèle de “social-business” selon la définition de Muhammad Yunus (le Prix Nobel de la Paix 2006)», explique Bagoré Bathily. « Notre objectif est de proposer des produits laitiers aux sénégalais, qui proviennent du marché local. Nous travaillons en partenariat avec des éleveurs locaux, en leur apportant un soutien dans leur production dans le but de les relier au marché.»

Contexte social, compétitivité : faire face aux défis

« La complexité de notre projet implique de nombreux défis : développer le secteur de l’élevage sénégalais, lancer une industrie laitière avec la mise en place de tous les métiers liés (production, qualité, maintenance, etc.), mettre en place un système de distribution en adéquation avec les conditions difficiles du pays, … Notre volonté à travailler avec des éleveurs locaux est également un défi, car ils ne sont pas encore forcément les plus compétitifs », explique Bagoré Bathily. « Nous veillons donc à améliorer leur accès à l’aliment de bétail, aux services vétérinaires et aussi à leur proposer des formations pour les initier aux nouvelles techniques. Enfin, face à l’importation en masse de lait en poudre, nous avons dû nous positionner. Mais notre projet est fort, dynamique et innovant. Si les premières années ont été difficiles, nous avons aujourd’hui atteint un équilibre d’exploitation. »

La Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO): un investisseur à caractère social

« BIO a joué un rôle primordial dans le développement du projet. D’une part, ils ont mis en place un prêt adapté aux besoins de notre PME, qui nous a permis d’acquérir des équipements et de financer notre croissance. Les banques locales ne proposent pas ce type de prêts au Sénégal (et la plupart des banques internationales peinent à travailler sur des montants inférieurs à 5 millions d’euros). D’autre part, ils se sont également investis dans des projets concrets, notamment dans la formation d’éleveurs, financée partiellement par l’assistance technique. »



Downloads
  • LR_Bundel_AgricultureDurable_LLB_2017 (4.00 KB) Download
Back